Accueil À la Une Golf pro : De l’état de sidération au monde d’après

Golf pro : De l’état de sidération au monde d’après

Le monde du golf professionnel : De l’état de choc au monde d’après
Rory McIlroy peut être dubitatif... Pas consulté, il a appris par voie de presse, et comme tout le monde l'issue du conflit. (Photo de Ian Johnson/Icon Sportswire)

Dans un accord sans précédent, le PGA TOUR, le DP World Tour et le Fonds d’Investissement Public Saoudien (PIF) ont annoncé une fusion visant à unifier le monde du golf à l’échelle mondiale. Cette entente associe les activités et droits commerciaux liés au golf entre les trois parties, créant ainsi une nouvelle entité commerciale à but lucratif. Cette dernière permettra de garantir que tous les acteurs du golf tirent bénéfice d’un modèle favorisant une compétition optimale entre les meilleurs joueurs. Pour autant, les défenseurs de « l’institution » hier, Rory McIlroy en tête ont été pris de courts, et surpris par cette annonce que seule Donald Trump avait prophétisé un an plus tôt. Cette fusion improbable entre les ennemis d’hier, et alors que les Saoudiens étaient en train de perdre tous les procès intentés contre leurs nouveaux « amis » est-elle vraiment une bonne évolution ?

Le PIF (fonds souverain d’Arabie Saoudite) a prévu d’investir de manière conséquente pour faciliter la croissance et le succès de cette nouvelle entité, dont le nom reste à déterminer. Selon le communiqué de presse reçu, ce partenariat s’inscrit dans la continuité des initiatives de croissance déjà en cours et vise à renforcer l’engagement des fans. Avec LIV Golf en plein milieu de sa deuxième saison, le PGA TOUR, le DP World Tour et le PIF s’emploieront conjointement à promouvoir et développer le golf par équipes, une formule qui pourtant n’a pas prouvé qu’elle intéressait massivement les golfeurs et spectateurs du monde entier.

Bien au contraire, sans cet accord, et alors que LIV ne générait quasiment aucun revenu, seulement des coûts, on peut légitimement penser qu’il s’agissait de sauver la face pour l’Arabie Saoudite, très mal embarquée dans ce qui semblait surtout une vendetta personnelle de Greg Norman contre les vieilles institutions sportives.

Cette annonce marque également la fin de tous les conflits en cours entre les parties, et comme déjà évoqué plus haut, alors que les Saoudiens les perdaient toutes…et sans espoir de réellement pouvoir peser sur l’avenir du golf de haut niveau pour les mois à venir.

Déjà abonné

Je me connecte

Abonnement Mensuel
1€ le premier mois

puis 5.99/ mois

Je m’abonne

Résiliable en ligne à tout moment

Abonnement Annuel
49€ / an

Je m’abonne

Résiliable en ligne à tout moment

Abonnement Annuel
(plus un cadeau pour le premier abonnement)
69€ / an

Je m’abonne

Résiliable en ligne à tout moment

Article précédentSkytrack + : Le radar de mesure abordable et fiable que les amateurs attendaient ?
Article suivantLe conseil de « Paddy » pour driver plus fort et plus loin
Fondateur du site en juillet 2010, découvre le golf à l'âge de 10 ans au travers d'une première expérience de caddy en Angleterre (Golf d'Uckfield/Essex) en 1985. Journaliste professionnel sur le golf, co-auteur du livre Tiger Woods, l'homme aux deux visages aux éditions SOLAR en septembre 2018. Dans ce cadre est intervenu sur la Matinale de RTL dans la rubrique 3 minutes pour comprendre animée par Yves Calvi, et sur un reportage réalisé par la direction des sports de M6 pour le magazine du 12.45 du samedi 29 septembre. Se déplace chaque année aux Etats-Unis pour interviewer les principaux acteurs de la filière Golf, aux sièges des marques en Californie ou au PGA Merchandise Show à Orlando.

3 COMMENTS

  1. Bonjour,
    Je n’ai pas beaucoup d’avis sur cette affaire, tout cela me semble encore une histoire de gros sous, face à laquelle nous ne pouvons riens. Ces gens ne vont pas lâcher un tel os. Comme vous l’avez justement remarqué, la majorité des gens ne se sentent pas concernée. Jamais, je dis bien jamais, je n’ai eu une discussion au sujet de la Liv avec des amis golfeurs, et pourtant, pendant 4 heures, on a le temps de parler de beaucoup de choses. C’est comme le foot : Payez ! Venez regarder les millionnaires jouer et taisez-vous. Tout cela nous dépasse depuis fort longtemps. Pour ma part, je ne regarde plus un match de foot depuis fort longtemps. C’est ma façon, à moi, de refuser ce système, mais qui suis-je ? Je ne représente rien si ce n’est moi-même. Pour le Golf, c’est pareil, et ça ne m’empêche pas de jouer tous les jours. Au moins, j’ai encore cette chance. Tout, est toujours une question d’argent. Les Saoudiens semblent avoir réussi un beau hold-up. Il serait intéressant de connaître le montant des chèques distribués dans des paradis fiscaux à certains décisionnaires. Il y aura peut-être un reportage télévisé dans quelques temps à ce sujet. Bref, rien de nouveau sous le soleil, non ? Qu’on ne vienne pas me parler des valeurs du Golf, elle n’existent plus… Si jamais, elles ont existé un jour… Bonne journée.

  2. Shakespeare aurait titré : tout ça pour ça ! une histoire qui en dit long sur la fragilité de la “PGA-DPWord Tour” vis a vis des droits télé puisque même une entreprise ayant perdue quelques centaines de millions en un an sans être diffusée (et sans espoir de gagner quoi que ce soit) peut encore négocier ! Souvenons-nous de l’heureuse époque ou Ben Hogan ayant gagné 10.000 $ en un an, se trouvais content d’être à l’abris du besoin.