Accueil À la Une Devenir un meilleur golfeur en 2023 ? Les bonnes et les moins...

Devenir un meilleur golfeur en 2023 ? Les bonnes et les moins bonnes idées

268
2
Devenir un meilleur golfeur en 2023 ? Les bonnes et les moins bonnes idées
Et vous, quel sera votre objectif en 2023 ? Devenir un meilleur golfeur ? Comment vous organiserez-vous pour y parvenir ?

Nous y sommes ! Nous venons de basculer en 2023, et abandonné 2022 avec son lot de bonnes et mauvaises parties de golf. Pour beaucoup d’amateurs, en plus de l’occasion des vœux, le 1er janvier est un moment important pour faire le bilan de son année, et surtout se fixer de nouveaux objectifs. Une grande majorité de golfeurs, et de golfeuses, voudront sans doute se souhaiter de devenir un meilleur golfeur, une meilleure golfeuse, en 2023, ou tout simplement progresser. Comme toujours, le score sur la carte restera le juge de paix, surtout dans un sport où on aime compter. En la matière, attention aux poncifs sur le fait de changer de matériel ou passer plus d’heures au practice…et à l’inverse, ne pas sous-estimer l’idée de prendre des cours.

balles de golf offertes

L’envie de progresser toujours très forte chez la plupart des golfeurs/golfeuses

Sauf si vous vous appelez Tiger Woods, et encore… on peut toujours progresser au golf, à tous les âges, et tous les niveaux.

Devenir un meilleur golfeur en 2023 ou une meilleure golfeuse ?

Peut-être avez-vous déjà eu cette intention l’an passé, et si vous jouez depuis plusieurs années, c’est peut-être même une rengaine qui revient régulièrement.

Progresse-t-on vraiment ?

Déjà abonné

Je me connecte

Abonnement Mensuel
1€ le premier mois

puis 5.99/ mois

Je m’abonne

Résiliable en ligne à tout moment

Abonnement Annuel
49€ / an

Je m’abonne

Résiliable en ligne à tout moment

Abonnement Annuel
(plus un cadeau pour le premier abonnement)
69€ / an

Je m’abonne

Résiliable en ligne à tout moment

Article précédentLaurie Canter : Peut-il devenir le golfeur européen le plus puissant au drive en 2023 ?
Article suivantPGA Tour 2023 : Plus d’argent pour plus de spectacle ?
Fondateur du site en juillet 2010, découvre le golf à l'âge de 10 ans au travers d'une première expérience de caddy en Angleterre (Golf d'Uckfield/Essex) en 1985. Journaliste professionnel sur le golf, co-auteur du livre Tiger Woods, l'homme aux deux visages aux éditions SOLAR en septembre 2018. Dans ce cadre est intervenu sur la Matinale de RTL dans la rubrique 3 minutes pour comprendre animée par Yves Calvi, et sur un reportage réalisé par la direction des sports de M6 pour le magazine du 12.45 du samedi 29 septembre. Se déplace chaque année aux Etats-Unis pour interviewer les principaux acteurs de la filière Golf, aux sièges des marques en Californie ou au PGA Merchandise Show à Orlando.

2 COMMENTS

  1. bonjour à tous et bonne année golfique.
    Personnellement je suis retraité et je peux jouer quasiment 6 jours par semaine (si le temps le permet, ce qui est souvent le cas dans le sud) mais je ne fais que 11 trous, parfois 15, pas plus car je sature et je n’ai plus envie. Cela vient aussi du fait que je rate énormément de coup et cela entame mon mental, chose qui est quasi absente chez moi. Les mauvais coups, inévitables, sont très dur à digérer. Mais cela ne m’empêche pas de revenir le lendemain à nouveau regonflé à bloc, comme dans les jeux vidéos, j’ai refais le plein de vie dans la nuit. Index 28, je joue depuis 5 ans et actuellement je suis capable, à chaque trou, du pire comme du meilleur. Mon véritable niveau est en fait, honnêtement, 36. les birdies, j’en fais jamais, les par sont exceptionnels, bogey , double bogey et croix sont mon quotidien. Je ne me vois pas progresser dans les années à venir car mon absence de mental, que je ne parviens pas à solutionner, fait que je subis, je prend sur moi mais bloque ma progression. Mais paradoxalement, j’y reviens tous les jours, je ne suis pas maso car l’environnement merveilleux d’un golf (nature, verdure, animaux, copains, besoin de marcher, de respirer du bon air) sont indispensable à mon équilibre de vie. Bien à vous.

  2. Bonjour et bonne année à tous. Alors pour débuter cette année je ne suis pas d’accord avec Laurent sur certains points! Je pense que pour progresser il ne faut pas forcément jouer plus de parties et il ne faut pas se focaliser sur des statistiques. il faut jouer régulièrement c ‘est sûr, mais je pense que le nombre est propre à chacun. Personnellement si je fait trop de 18 trous : je fatigue et SURTOUT je me lasse , donc je suis moins concentrée et je ne prends pas forcément les bonnes décisions. Et puis si on manque de temps il faut justement en garder pour s’entrainer si on veut améliorer certains secteurs de jeu. LE point à mes yeux HYPER important c’est la condition physique: je pense que c ‘est un point central, le socle de la pyramide à améliorer avant tout le reste! car améliorer sa souplesse, son équilibre, sa nutrition, sa gestion du stress et des émotions C’EST LE POINT NEVRALGIQUE. Je m’explique: comment améliorer son driving ou ses approches sans un bon contact de balle? comment améliorer le contact sans un bon équilibre, une bonne mobilité? comment prendre les bonnes décisions si on se laisse submerger par les émotions négatives ? comment gérer le stress et les émotions si on est pas en forme? donc merci ARCCOS mais savoir que je suis plus mauvaise d’un point dans tous les secteurs que les autres joueurs de mon niveau ne m’apprends pas grand chose. Peut être qu’il faut sortir la tête des chiffres , respirer l’air pur et jouer plus instinctivement. D’ailleurs petite anecdote perso: depuis que mon apple watch m’a lâchée (merci l’obsolescence programmée, j’en suis qd même à la 3 ième…) j’ai décidé de m’en passer, et je joue mieux , je me connecte plus au parcours REEL , je fais plus appel à mes sensations. Alors pour 2023 je vous souhaite PLUS DE YOGA, PLUS DE SOPHROLOGIE et plus de monde REEL, de nature et de sensations.