Accueil Sportives Masters Augusta Bubba Watson : même un double vainqueur du Masters peut être fragile...

Bubba Watson : même un double vainqueur du Masters peut être fragile psychologiquement…

92
0

La santé mentale est souvent passée au second plan pour les sportifs, mais ceux qui souffrent de troubles anxieux peuvent vous dire qu’elle est toujours au premier plan, et pour certains sportifs de haut niveau, c’est un des défis qu’ils doivent relever à l’heure actuelle. Bubba Watson souffre depuis plusieurs années d’anxiété sociale et généralisée, il a des problèmes avec les grandes foules et se sent gêné et jugé dans certains contextes sociaux. Ces dernières années, sa condition s’est avérée particulièrement difficile pour un athlète d’élite qui se produit devant du public.

Découvrez nos formules d'abonnements

On peut faire beaucoup de reproches aux athlètes professionnels autour de leur manque d’authenticité dans les entretiens. D’utiliser trop la langue de bois, si vous préférez. Mais pourtant certains d’entre eux se dévoilent. Le fait est que tout le monde aspire à comprendre ses joueurs de golf préférés. Et pas seulement sur le parcours, mais au niveau humain, d’une manière compréhensive par tout le monde.

En France, des sportifs de haut niveau comme Adil Rami, Martin Fourcade, ou Lucas Pouille, on fait part un jour de leurs « burn-out », une expression plus délicate que le mot « dépression »…  Les surhommes, ça n’existe pas, et les sportifs de l’élite doivent faire preuve d’une énorme force mentale pour être les meilleurs. 

Lors d’une récente enquête menée par le CIO, en cette période préolympique et avec les interrogations concernant la Covid, 32 % des 4 000 athlètes et membres de leur entourage interrogés, ont déclaré que la santé mentale était le plus gros défi qu’ils devaient relever à l’heure actuelle.

Nous ne pourrons peut-être jamais nous identifier avec les athlètes, en matière de performances, d’argent ou de célébrité, mais nous pouvons tous comprendre l’expérience partagée d’être tout simplement humain. Et comme pour tous les humains, la dépression des sportifs peut les conduire jusqu’à l’incapacité de pratiquer leur sport.

Déjà abonné

Je me connecte

Abonnement Mensuel
1€ le premier mois

puis 5.99/ mois

Je m’abonne

Résiliable en ligne à tout moment

Abonnement Annuel
49€ / an

Je m’abonne

Résiliable en ligne à tout moment

Abonnement Annuel
(plus un cadeau pour le premier abonnement)
69€ / an

Je m’abonne

Résiliable en ligne à tout moment

Article précédentThierry Challet propose une vision du swing de golf basée sur l’angle d’attaque
Article suivantTiger Woods : Le monde du golf retient à nouveau son souffle
Golfeur depuis les années 90, j'ai eu la chance de faire un grand nombre de voyages golfiques en France, en Europe, ainsi qu'aux Caraïbes, pour jouer sur plus d'une centaine de parcours. J'ai partagé les parties de très bons golfeurs amateurs, et de pros. Au cours de mon expérience, j'ai été proche des professionnels du secteur, enseignants, dirigeants de golf, organisateurs de Pro-Am, architectes de golf, et sponsors. Aujourd'hui, je mets à profit mon expérience golfique sur le site MyGolfMedia.com en apportant ma vision sur l'évolution du golf sur près de trois décennies.