Accueil À la Une Stratégie : Régulation absolue ou proximité au trou ?

Stratégie : Régulation absolue ou proximité au trou ?

Stratégie : Régulation absolue ou proximité au trou ?

A priori, cela n’a aucun sens d’opposer la recherche de régularité sur les fairways à prendre le plus souvent en régulation, et limiter le nombre de 3-putts. Pour n’importe quel amateur de golf, l’optimum serait d’atteindre les deux, un maximum de fairways en régulation, et limiter le nombre de 3-putts. Toutefois, la stratégie au golf, le fait de faire des choix, et les bons n’est pas si anecdotique.  Il y a quelques années en arrière, on parlait de Brooks Koepka qui cherchait la distance maximum au drive, sans se soucier des fairways en régulation, car son argument était « je préfère jouer un wedge à moins de 100 mètres du trou plutôt qu’un fer 9 à plus de 120 ». Bref, l’américain expliquait que l’important était la distance depuis le tee, et la moindre distance pour approcher le trou, peu importe si dans le rough. Dans une étude récente, Arccos met en avant un débat entre fairway en régulation et nombre de 3 putts. En explorant des milliers de parties de golf à travers des données récoltées par des capteurs, Arccos offre une perspective nouvelle et data-driven sur cette question pour illustrer à quel point le fait de rechercher la proximité du trou est la mère de toutes les stratégies sur le parcours.

Présentation des données relevées par Arccos

L’analyse des données fournies par Arccos révèle des informations intéressantes sur l’impact de la précision du coup de départ sur les scores au golf.

Selon les chiffres collectés, le pourcentage de fairways atteints par les joueurs varie significativement en fonction du niveau de handicap, mais cette variation n’est pas aussi dramatique qu’on pourrait le supposer.

Les données montrent que, en moyenne, un joueur scratch (0 d’index) atteint environ 60% des fairways, tandis qu’un joueur avec un handicap de 20 peut atteindre autour de 50% des fairways.

Déjà abonné

Je me connecte

Abonnement Mensuel
1€ le premier mois

puis 5.99/ mois

Je m’abonne

Résiliable en ligne à tout moment

Abonnement Annuel
49€ / an

Je m’abonne

Résiliable en ligne à tout moment

Abonnement Annuel
(plus un cadeau pour le premier abonnement)
69€ / an

Je m’abonne

Résiliable en ligne à tout moment

Article précédentL’exercice parfait pour un swing de golf plus puissant
Article suivantPutting : Les leçons de Bobby Locke à ne pas oublier
Ce compte correspond à des sujets, articles ou vidéos spécifiquement traités en équipe, et pas nécessairement rattachés à un seul journaliste de l'équipe de MyGolfMedia.

1 COMMENT

  1. “Comparer les résultats des joueurs du tour à ceux des amateurs n’a pas de sens.
    La plupart du temps, les joueurs du tour cherchent à aller le plus loin possible, pour être le plus proche possible du green et, comme indiqué, jouer un edge pour attaquer le drapeau, même s’ils sont dans le rough, ce qu’il font mieux que la plupart des amateurs depuis un bon lie
    Après, la statistique globale est totalement trompeuse. Si les golfeurs ont, dans l’ensemble, de très mauvaises performances de fairway en régulation c’est parce qu’ils jouent des drivers totalement inadaptés pour eux.
    Nous estimons, qu’avec un driver adapté un golfeur moyen doit mettre 80 %, au moins, de ses drives sur le fairway , à sa distance. C’est, très généralement, ce que nos golfeurs obtiennent. Et ça change la vie, sur les parcours !. Encore faut-il connaîte sa distance, ce dont l’immense majorité des golfeurs amateurs n’ont pas la moindre idée. Or la distance, ça se calcule, en fonction de la vitesse de swing,  et c’est ce qu’il faut atteindre, tout  en restant sur le fairway, ce qui dépend, avant tout… du bon réglage du driver à son utilisateur, et pas des promesses des fabricants ou des vendeurs.
    Après, vient le second coup. Et pour cela il faut , en priorité, assimiler le fait, incontournable , que la probabilité de rentrer  un putt, est totalement  corrélée de la distance au trou, et qu’elle diminue DE FAÇON EXPONENTIELLE, avec cette distance. Ainsi, se retrouver, après un deuxième coup  sur le green à 9 mètres du trou, et souvent en dehors du green, sur l’avant green , pour un délicat chipping,  sera , sauf coup de chance, beaucoup moins efficace que de poser sa balle, sur un coup plus court, à une distance du trou, en dehors du green qui permettra, très souvent de faire approche -putt.  A ce sujet, une de mes golfeuses, handicapée,  et qui drive au fer 7 a ainsi joué , deux fois de suite 4, oui 4, car tout en étant, bien sûr, jamais en régulation sur les greens ,elle  a fait, chaque fois, 24 puits. Et pourquoi 24 puits ? Et bien, parce que  aux approches, elle arrêtait sa balle entre 10 cm et 1,10 m du trou…A ce sujet, il n’est pas inutile de réfléchir  au fait qu’un golfeur qui  ne serait jamais sur le green en régulation mais ferait systématiquement approche-putt, jouerait 9, et que celui qui le ferait une fois sur trois, jouerait 12, score nettement meilleur que celui de l’immense majorité des amateurs, même de bon niveau, et de quoi donner beaucoup plus de plaisir que de frustration, comme c’est, hélas très souvent le cas , après un drive dans le rough suivi d’une approche tombant à 9 m du trou 
    La réalité, est qu’il faut impérativement cesser ces comparaisons avec ce que font les golfeurs du tour, car elles ne font qu’embourber  90 %, au moins, des golfeurs amateurs. Et c’est quand même à ceux-là qu’il me paraît,  préférable de s’intéresser., en vue de l’amélioration de leur score et, surtout, de leur plaisir