Accueil À la Une Faut-il utiliser un wedge 60 degrés parmi ses clubs de golf ?

Faut-il utiliser un wedge 60 degrés parmi ses clubs de golf ?

252
0
Faut-il utiliser un wedge 60 degrés parmi ses clubs de golf ?
Le wedge 60 degrés est très certainement le club de golf avec le ratio risque/récompense le plus élevé.

Le regretté Richard Hurvitz, pro de golf à Salvagny (près de Lyon), déconseillait l’usage d’un wedge de 58 degrés par rapport au 60 degrés dans un bunker, considérant justement que ce lob wedge ne présentait justement pas assez de loft, pour bien lever la balle, et la sortir. En dehors de cette situation, et alors qu’encore trop d’amateurs n’emmènent pas assez de wedges dans leurs sacs, intéressons-nous justement à la question spécifique du wedge 60 degrés. Ce club est-il vraiment un incontournable dans un sac, et pour un amateur ?

balles de golf offertes

Trois wedges dans son sac, dont un 60 degrés, le choix des meilleurs golfeurs

Au moment de composer son sac, le nouveau numéro un mondial, Rory McIlroy sélectionne trois wedges, 46, 54 et 60 degrés.

Tout du moins, c’est le choix qu’il a fait de février à septembre, et sur une majorité de tournois. En janvier, il avait toutefois fait une légère modification en sélectionnant seulement un 54 et un 58 degrés.

Au plus haut niveau, il n’est pas rare que les meilleurs joueurs modifient la composition de leurs sacs, et selon les parcours, ou les conditions météos.

Le choix d’un 60 degrés est cependant assez fréquent.

Pour aller dans le détail, McIlroy, toujours lui, fait varier le bounce de ses wedges. Pour le 60 degrés, il choisit un wedge low bounce alors qu’inversement pour le 54, il préfère un wedge avec plus de rebond.

Pourquoi ?

Certains parcours du PGA Tour présentent des roughs vraiment épais en bord de green. Dans ce type de rough profond, il est souvent difficile d’extraire facilement la balle.

Avec un rebond de 4 à 8 degrés (McIlroy utilise un rebond de 7 degrés), le joueur peut couper le rough sous la balle, et la sortir plus facilement.

Le fait de varier les rebonds selon ses wedges lui est très personnel, mais semble lui donner la polyvalence dont il pourrait avoir besoin sur une majorité de situations, et qui sont toujours difficiles à anticiper.

Déjà abonné

Je me connecte

Abonnement Mensuel
1€ le premier mois

puis 5.99/ mois

Je m’abonne

Résiliable en ligne à tout moment

Abonnement Annuel
49€ / an

Je m’abonne

Résiliable en ligne à tout moment

Abonnement Annuel
(plus un cadeau pour le premier abonnement)
69€ / an

Je m’abonne

Résiliable en ligne à tout moment

Article précédentPING ICrossover : Le Fer qui coûte pratiquement le prix d’un bois de parcours
Article suivantY-a-t-il un véritable lien de cause à effet entre distance au drive et index ?
Fondateur du site en juillet 2010, découvre le golf à l'âge de 10 ans au travers d'une première expérience de caddy en Angleterre (Golf d'Uckfield/Essex) en 1985. Journaliste professionnel sur le golf, co-auteur du livre Tiger Woods, l'homme aux deux visages aux éditions SOLAR en septembre 2018. Dans ce cadre est intervenu sur la Matinale de RTL dans la rubrique 3 minutes pour comprendre animée par Yves Calvi, et sur un reportage réalisé par la direction des sports de M6 pour le magazine du 12.45 du samedi 29 septembre. Se déplace chaque année aux Etats-Unis pour interviewer les principaux acteurs de la filière Golf, aux sièges des marques en Californie ou au PGA Merchandise Show à Orlando.