Accueil À la Une Il y a un grave problème de l’enseignement du golf en France

Il y a un grave problème de l’enseignement du golf en France

628
1
Il y a un grave problème de l’enseignement du golf en France

« Il y a un grave problème de l’enseignement du golf en France » Ce sont par ces mots que récemment, l’enseignant Français Thierry Challet a démarré un sujet publié sur les réseaux sociaux, et dans le but de faire réagir ses confrères, et plus largement la communauté des golfeurs et golfeuses. Cependant, si l’auteur du livre « Golf : Méthode pour la performance » ouvre un débat particulièrement intéressant, et qui peut justement intéresser une majorité de pratiquants, il a été jusqu’à présent peu relayé, et peu commenté par ses pairs. Y aurait-il justement une omerta sur le métier d’enseignant de golf, et plus particulièrement dans les groupements de golfs ? Les enseignants salariés, dans un environnement où le nombre de places est inférieure au nombre de candidats, pourraient souffrir en silence, et toujours selon les propos du… Pro Indépendant, et du côté de l’Alsace, au Golf de Bitche.

L’enseignant de golf dans une chaîne n’a plus aucune créativité !

D’emblée, Thierry Challet, qui commence à se faire connaître pour ses prises de positions engagées, ouvre le feu « Les sociétés commerciales de golf ont largement contribué à faire perdre à l’enseignant toute créativité ».

Le pro prend soin d’éviter de citer des noms, mais comment ne pas comprendre qu’il pense à minima aux rares et seuls acteurs correspondant à cette définition : BlueGreen ou encore UGOLF.

Les mots sont lourds de sens « faire perdre à l’enseignant toute créativité » ce qui pourrait laisser penser que l’enseignant salarié, par opposition à l’enseignant indépendant, opérerait de plus en plus comme un robot, suivant un programme établi, et probablement moins taillé sur mesure pour chaque élève.

La créativité ?

Ce mot revêt pourtant une importance capitale dans le domaine de la pédagogie, et celle du transmetteur de savoir.

A notre époque, nous avons de plus en plus conscience, et en même temps de connaissances sur les différentes manières d’apprendre.

Déjà abonné

Je me connecte

Abonnement Mensuel
1€ le premier mois

puis 5.99/ mois

Je m’abonne

Résiliable en ligne à tout moment

Abonnement Annuel
49€ / an

Je m’abonne

Résiliable en ligne à tout moment

Abonnement Annuel
(plus un cadeau pour le premier abonnement)
69€ / an

Je m’abonne

Résiliable en ligne à tout moment

Article précédentKyoei KK 2023 : Peut-être les plus beaux wedges au monde ?
Article suivantGolfeur, golfeuse : Etes-vous un(e) insider ou un(e) outsider ?
Fondateur du site en juillet 2010, découvre le golf à l'âge de 10 ans au travers d'une première expérience de caddy en Angleterre (Golf d'Uckfield/Essex) en 1985. Journaliste professionnel sur le golf, co-auteur du livre Tiger Woods, l'homme aux deux visages aux éditions SOLAR en septembre 2018. Dans ce cadre est intervenu sur la Matinale de RTL dans la rubrique 3 minutes pour comprendre animée par Yves Calvi, et sur un reportage réalisé par la direction des sports de M6 pour le magazine du 12.45 du samedi 29 septembre. Se déplace chaque année aux Etats-Unis pour interviewer les principaux acteurs de la filière Golf, aux sièges des marques en Californie ou au PGA Merchandise Show à Orlando.

1 COMMENT

  1. Oui, un gros problème, que je perçois clairement lors de mes séances de fitting.
    En effet, un grand nombre de golfeurs que je reçois, dont le swing présente des défauts majeurs et évidents, et qui m’affirment néanmoins prendre des leçons, me disent que leur pro ne le leur a jamais dit.
    Il y a aussi une autre chose que je perçois : les pros qui, effectivement, veulent faire entrer tous leurs clients dans le même moule.
    De tout cela, il resulte que beaucoup me disent que, déçus de l’enseignement, ils ne prennent plus de leçons et se tournent, en effet, vers leurs ecrans, avec des resultats pour le moins contrastés.
    Heureusement, dans mon environnement, je connais quelques excellents pros que je recommande à mes clients. Ils sont quasiment tous indépendants. Et celui qui ne l’est pas a pour objectif de le devenir.
    Il me paraît évident que le salariat n’est guère compatible avec un metier qui, pour être productif . necessite un très fort engagement personnel.