Accueil À la Une Non, le golf n’est pas le 4eme sport en France en 2022,...

Non, le golf n’est pas le 4eme sport en France en 2022, cependant…

454
2
Quelle est la véritable place du golf en France ?
Certains aimeraient revendiquer le golf comme quatrième sport en France, toutefois, en oubliant le faible nombre de licenciés, et surtout en 2022, la situation aurait peut-être déjà changé par rapport à 2021.

Dans un contexte où le golf a de nouveau fait l’actualité pour de mauvaises raisons, stigmatisé pour sa consommation d’eau, et notamment dans un climat de sécheresse avancée, par le fait de quelques politiques, à la recherche de faire un coup médiatique, une étude de l’INJEP sur les licences 2021 a été dévoyée, pour annoncer le golf comme le « quatrième sport en France ». En août 2022, cette information semble datée sur la réalité de la pratique à l’instant T, et surtout, à côté de la plaque, pour vanter la pratique à une population majoritairement indifférente. Le Pays-de-Galles a pourtant, et dans le même temps, montré l’exemple de ce qu’il faudrait vraiment faire, pour non pas démocratiser le golf, mais le populariser.

balles de golf offertes

En 2022, le sujet n’est largement plus de démocratiser le golf, mais bien de le populariser

Partout sur le territoire, un grand nombre de structures privées dédiées au golf lancent des initiatives tout au long de l’année pour accueillir des nouveaux pratiquants.

Avant le COVID, cette stratégie qui repose essentiellement sur les enseignants de golf, peu mis en avant, alors qu’ils sont la cheville ouvrière de cette stratégie, portait déjà ses fruits.

La FFGolf qui collecte les chiffres et aime s’attribuer le mérite du travail quotidien des moniteurs de golf, la plupart indépendants ou salariés de chaînes privées, reportait d’ailleurs souvent plus de 45 000 débutants chaque année.

Sur un total compris entre 400 000 et 430 000 licenciés, ce chiffre est plutôt éloquent sur la capacité de la filière à démocratiser son accès.

En revanche, et déjà développé dans de précédents sujets, le golf doit d’avantage se préoccuper du nombre trop important d’abandonnistes… puisque le nombre total de licenciés est souvent stable, mis à part en 2021, pour une conjoncture exceptionnelle.

Non, le problème du golf en France, d’abord un sport anglo-saxon, n’est pas la démocratisation, et même si on trouve encore trop souvent dans les golfs, des panneaux « interdit d’entrer ».

Déjà abonné

Je me connecte

Abonnement Mensuel
1€ le premier mois

puis 5.99/ mois

Je m’abonne

Résiliable en ligne à tout moment

Abonnement Annuel
49€ / an

Je m’abonne

Résiliable en ligne à tout moment

Abonnement Annuel
(plus un cadeau pour le premier abonnement)
69€ / an

Je m’abonne

Résiliable en ligne à tout moment

Article précédent5 coups de golf pour scorer sur le parcours
Article suivantFujikura étend sa gamme de shafts Ventus TR
Fondateur du site en juillet 2010, découvre le golf à l'âge de 10 ans au travers d'une première expérience de caddy en Angleterre (Golf d'Uckfield/Essex) en 1985. Journaliste professionnel sur le golf, co-auteur du livre Tiger Woods, l'homme aux deux visages aux éditions SOLAR en septembre 2018. Dans ce cadre est intervenu sur la Matinale de RTL dans la rubrique 3 minutes pour comprendre animée par Yves Calvi, et sur un reportage réalisé par la direction des sports de M6 pour le magazine du 12.45 du samedi 29 septembre. Se déplace chaque année aux Etats-Unis pour interviewer les principaux acteurs de la filière Golf, aux sièges des marques en Californie ou au PGA Merchandise Show à Orlando.

2 COMMENTS

  1. Si vous voulez que le taux d’abandonniste de golfeur diminue drastiquement, il faut rendre les parcours beaucoup plus facile. Le principal handicap pour le golfeur moyen et débutant, c’est l’étroitesse des fairways et toutes les frustrations que cela génère. Pour nous, les golfeurs moyens, ils nous est impossible de taper des balles droites à chaque coup, loin de là. Si vous êtes attentif aux autres joueurs sur un parcours, vous verrez que tout le monde (ou presque) passe un temps incroyable à chercher sa balle, qui le plus souvent n’est qu’à quelques mètres dans le ruff. Et à chaque fois, la frustration s’accumule. Certains s’en accommode mais beaucoup laisse tomber et arrête le golf.

  2. Dans la région où je joue, retrouver sa balle parmi les arbres et/ou pouvoir la jouer dans le rough ou relève de l’exceptionnel. Du coup je considère que je m’entraine ici pour pouvoir jouer avec plaisir ailleurs, où le terrain est plus accueillant : large fairways, là on retrouve bien sa balle et on la joue, … Mais y a qu’a driver droit, me disent les single du club …